Superbowl ! N’y allez pas, on parlera de vous quand même !

Ce soir c’est le Superbowl, l’événement le plus médiatisé au monde, qui cette année encore aura fait parler de lui bien avant le coup de sifflet d’ouverture du match.
Si en France, nous sommes largement épargnés par ce raz de marée sportif et médiatique qu’est cet événement (c’est vrai qu’après tout, nous entrons de plein pied dans les 6 nations) il n’en n’est pas de même sur le reste de la planète. Comme souvent avant le match, au delà de l’aspect sportif, on parle plus souvent de l’aspect médiatique de l’événement et ses fameux 3M$ les 30s de pub. Cette année n’aura pas failli à la règle, mais de manière légèrement différente…
Très tôt dans la saison, Pepsi a annoncé son retrait de l’événement (lien) pour concentrer sa puissance publicitaire sur les réseaux sociaux. Une approche très tendance, mais facilement décriable comme le fait Olivier dans son blog. Cependant Pepsi s’est ainsi fait un énorme coup de pub puisque le nom de la marque fait parti de ceux les plus associés à l’événement, sans pour autant y participer. Pas mal non ? Depuis, la mode a été lancée, et les vidéos les plus consultées marques les plus citées en préparation de l’événement sont celles dont les pubs sont censurées ! Et oui n’oubliez pas que nous sommes aux USA, qu’un sein fait rapidement scandale surtout lorsqu’il sort lors du fameux half-time show, et que donc CBS n’autorise pas n’importe quoi sur son antenne ! Voici donc rien que pour votre plaisir, les publicités que nous aurions tous aimé voir sur CBS ce soir, mais que nous voyons/verrons tous grâce à la magie Internet !
Budweiser toujours bien placé, nous fait du Heineken like :

Les Gay ont été largement interdits avec les publicités jugées trop osées pour GoDaddy, et ManCrunch.

Sur ce, bon match (rugby ou NFL à vous de voir), et bon visionnage des plus belles pubs sur tous les sites de vidéo dès demain.

Vie Privée / Vie Publique

Un titre qui doit résonner dans vos oreilles au vu de l’émission de télé de cette chère Mireille. Je souhaiterai pourtant l’amender de la manière suivante dans le cadre de cet article : Vie Privée/Vie Professionnelle.

Je devais pour des besoins pro tester les possibilités d’une campagne de publicité Facebook, dans le but bien évidemment de pouvoir mettre en œuvre l’expérience recueillie pour un client. Pour je ne sais quelle raison, j’ai l’habitude dans ce cas là d’utiliser des identifiants (email, login, passwd, …) pro… Certainement parce que je fonctionne de telle manière que je ne me considère pas éternel dans une boite, et que ce qui fait dans le cadre pro doit profiter à partie égales à son expérience personnelle et au développement de l’entreprise. Bref ! Me voilà donc parti à créer un compte facebook “pro” qui fait donc doublon avec mon compte privé (ouais je sais, je suis aaachement in :-D) puisque dans ces deux vies, je porte le même nom (étonnant non ?). Quelques minutes plus tard me voilà en train de tomber dans les méandres de cet environnement, quand ma messagerie retentit : 4 mails de demandes de rapprochement de personnes que je connait à titre privé ! Étonnant non ? Première remarque, il y en a qui on rien à foutre au boulot …  A moins qu’ils soient comme moi en train d’utiliser facebook dans ce cadre !!!!! Mais remarque plus fondamentale, comment gère t’on du coup la différence qu’il peut exister entre son environnement pro et son environnement perso ? Car si ce que je fais dans le cadre de l’entreprise peut intéresser certains, il n’est pas forcément nécessaire que tous le sachent !

Les petits jeunes, ou ceux qui naviguent toute la journée dans le monde web 2.0, doivent se dire que je me pose des questions existentielles pour pas grand chose, et que après tout pourquoi se casser la tête et ne pas utiliser toujours le même compte. Certes, mais imaginons le cas d’un bon père de famille travaillant dans un environnement un peu  moins glorieux … Comment éviter les surprises désagréables du genre “pub Renault” ? La séparation entre les deux mondes est donc bien nécessaire d’une manière ou d’une autre.

A ce compte là, il suffit alors d’utiliser des comptes génériques du type lenomdemaboite, et voilà plus de problème ! Oui mais… Les experts du monde web 2.0 incitent de plus en plus à créer de l’intimité client depuis le chef d’entreprise, jusqu’à la secrétaire, avec un discours et un dialogue évoluant en fonction de la personne émettrice de l’information. Un compte générique pour l’entreprise n’est donc pas non plus la solution ultime.

Comme de bien entendu, la solution est certainement un peu entre les deux, et si je reviens à mon cas particulier, j’aurais certainement du utiliser un compte générique. Je vais donc terminer mon test avec mes 100$ gratuit de pub, puis je migrerai vers un compte générique pro pour les futures opérations. Comme quoi toute expérience est toujours bonne à prendre, et les erreurs de jeunesse ne le sont que par l’inexpérience et non par l’âge !